Appel à articles

Cette manifestation qui traitera essentiellement du roman de Toni Morrison, Song of Solomon, se situe dans le cadre du programme de l’agrégation d’anglais 2020. Elle est cependant conçue, à partir de cette contrainte, autour des interventions scientifiques des spécialistes américains, européens et français du Prix Nobel de littérature (1993) afin de faire le point sur ce roman, le troisième de l’écrivain, publié en 1977, et d’en renouveler profondément la lecture. 

Alors que la critique se concentre sur Beloved (1986), Song of Solomon est tout autant fondamental dans l’oeuvre de l’écrivaine qui compte à ce jour onze romans, deux pièces de théâtre, de nombreux essais, des livrets d’opéra, et des livres d’enfant. Deux documentaires viennent d’être réalisés, The Foreigner’s Home (2018) et The Pieces I Am (2019), qui font retour sur la place qu’occupe Toni Morrison (1931- ) comme l’une des plus grandes voix artistiques et intellectuelles de l’Amérique contemporaine.

Le colloque sera l’occasion de se poser la question de la canonisation de ce roman. Qu’est-ce qui en fait un classique ? Il a été couronné de nombreux prix (National Book Critics Circle Award) et a été placé dans la liste du Book of the Month Club. Il faut remonter au Native Son, de Richard Wright en 1940, pour qu’un roman noir américain soit ainsi distingué. Si le roman thématise la notion d’héritage pour les Noirs américains, nombreux sont les critiques qui lisent maintenant Morrison avec Faulkner, avec Ellison, ou encore avec Joyce ou Wolf. Toute la question de la littérature noire américaine et de son effacement peut ainsi se poser à l’aune de ce texte en prenant le titre de Kenneth Warren What was African American Literature ? (2011) au pied de la lettre.

L’année de parution à la fin des années 70, tout comme la date incluse dans la diégèse, 1963, le situent pleinement dans le mouvement des droits civiques (1954-1968). Le personnage de Guitare est membre d’une association révolutionnaire qui rappelle les Panthères noires. La présidence de Donald Trump, suite aux deux mandats de Barak Obama, fait écho à cette période historique violente. Rétrospectivement, le roman est-il de son époque ou transpose-t-il des questions récurrentes sur la culture noire, le racisme, la condition des Noirs américains ?

De nouvelles lectures—éco-critiques, narratologiques, psychanalytiques, contextuelles— permettront de revisiter ce texte, ce que ne manqueront pas de faire les chercheurs spécialistes présents, qui, pour la plupart, ont proposé des analyses fondatrices dès la parution du roman. Les spécialistes français de Toni Morrison, issus des études noires américaines (CEAA), seront réunis pour cette occasion, ainsi que leurs collègues européens du CAAR.

 La manifestation se fera sous forme d’ateliers, de tables rondes, de discussions. Le documentaire The Pieces I Am sera diffusé au cinéma « Utopia » en ville, donnant à cet événement une dimension extra universitaire. Une publication réunissant les communications les plus marquantes et faisant date dans l’analyse de ce roman est envisagée.

 Cet événement repose sur le partenariat entre le CAS de Toulouse Jean-Jaurès et EMMA de l’Université Paul-Valéry Montpellier 3 au sein du pôle Sud-ouest de la région Occitanie.

 

Bibliographie

Mitchell, Angelyn. The Freedom to Remember. Narrative, Slavery and Gender in Contemporary Black Women’s Fiction. New Brunswick, NJ: Rutgers University Press, 2002.

Rushdy, Ashraf. Remembering GenerationsRace and Family in Contemporary African American Fiction. Chapel Hill, NC: University of North Carolina Press, 2001.

Wall, Cheryl A. Worrying the LineBlack Women Writers, Lineage and Literary Tradition. Chapel Hill, NC: UNC Press Books, 2005.

Warren, Kenneth. What was African American Literature? Cambridge, Mass.: Harvard University Press, 2011.

Personnes connectées : 1